Article
10 comments

Morts d’épilepsie à Risoul

En l’espace de quelques mois, deux jeunes adultes de Risoul, village des Hautes-Alpes aux portes du Queyras, sont morts suite à des crises d’épilepsie :

Le 24/09/1759, décès de Jeanne EYMAR, ~22 ans :





Décès de Jeanne EYMAR le 24/09/1759 à Risoul. (c) AD05






Jeanne Eymar fille de Jean et de anne maurel
de la paroisse de Risoul agée d’environ vingt deux
ans, atteinte depuis plusieurs années du mal d’épilepsie
appellée autrement le haut mal ou le mal caduc
se trouvant a garder les bestiaux au dessus l’hameau
du Collet, a été attaquée de cet accident et dans l’instant
elle a été portée dans sa maison par sa mere et le secours
de Sébastien Sibourd fils de Sébastien, ou ayant vécu encore
l’espace de trois heures, est enfin décédée, scavoir le
vingt-quatre septembre mil sept cents conquante neuf
et son corps a été inhumé (renvoi) dans le cimetière de l’église
paroissialle présents les soussignés et autres du présent
lieu (renvoi 🙂 le vingt cinq du même mois et an que dessus


Et le 29/05/1760, décès de Nicolas GARNIER, ~24 ans :






Décès de Nicolas Garnier le 29/05/1760 à Risoul. (c) AD05






nicolas garnier feu jacques de la paroisse de Risoul
agé d’environ vingt quatre ans est mort d’un accident
d’épilepsie ou autrement dit mal caduc au cartier appellé
Serre Contier n’ayant pû recevoir les sacrements
scavoir le vingt neuf du mois de may mil sept cents
soixante, et par permission de Mr Allard juge des
Chateaux Archiepiscopaux de l’Embrunais et de Mr Allard
son fils procureur fiscal, couchée au bas du verbal
dressé par Sr Jean Baptiste Argensat chatelain dudit lieu
en datte du vingt neuf dudit mois, Luy avons donné la
sépulture eclésiastique le trente dudit mois
et an que dessus presents, Jean garnier son frère,
françois garnier son autre frère, Claude garnier,
Jean-Baptiste maurel et autres soussignés tous du
présent lieu.

Edit du 20/11 : voir sur la suite de cet article ici.

10 Comments

  1. Ils ont l’air un peu plus au courant de la chose que l’Ouest un siècle plus tard ! j’ai un aïeul enfermé d’office à l’asile par arrêté préfectoral et avis d’un médecin d’hospice communal… et seuls les médecins de l’hospice ont détectés, après internement, l’épilepsie..

    Reply

  2. Ceci dit, l’épilepsie n’est que très rarement mortelle en elle-même. Il s’agit uniquement de cas très graves. Voir deux morts d’épilepsie en quelques mois dans une même paroisse me fait douter de la réalité de la cause.
    Par contre, un accident provoqué par la crise est peut-être plus probable.
    A moins que les convulsions ne soit d’une autre origine. Je suppose que pour l’époque, convulsion=épilepsie.

    Reply

    • Elle l’est rarement aujourd’hui, mais à l’époque c’était peut-être différent. J’ai assisté à une grave crise qui aurait pu couter la vie à une collègue sans l’intervention des pompiers.

      Dans le cas de la première décédée, le curé mentionne qu’elle était épileptique depuis des années, j’ai tendance à croire au diagnostic, bien qu’elle ait pu mourir d’un accident suite à une crise, ce n’est pas mentionné dans l’acte. Il ne dit pas exactement qu’elle est morte de la crise elle-même…

      Pour le second, c’est tout aussi possible, d’autant qu’il n’a pas eu le temps de recevoir les sacrements.

      Peut-être étaient-ils de la même famille (l’épilepsie familiale existe, bien qu’elle soit très rare), je ne sais pas…

      Reply

      • Comme je le disais, l’épilepsie en elle-même n’est que rarement mortelle. En revanche, elle peut être la cause d’accidents mortels. Le plus grand risque étant de s’étouffer en avalant sa langue, ou encore de faire une chute fatale (Jeanne était d’ailleurs “au dessus le hameau”).
        Je suis bien placé pour en parler…

        Ceci dit, nous nous éloignons du débat généalogique 😉
        Quoi que la justesse du diagnostique du curé est toujours intéressante à analyser. Je me souviens d’une paroisse où, durant toute un année, tout le monde était “mort d’apoplexie” 🙄

        Reply

        • Et si on faisait confiance au diagnostic du curé ? C’est tellement compliqué l’épilepsie, même maintenant. Mëme si la science a bien avancé, on est encore beaucoup ignorant . Je suis aussi bien placé pour le savoir. Hélas !

          Pour une fois que nous avons un prêtre qui nous donne des précisions, j’aurais plutôt tendance à les prendre argent comptant sans me poser d’autres questions.

          Reply

  3. Pingback: Tweets that mention Morts d’épilepsie à Risoul | (blog.mistike) -- Topsy.com

  4. Ces crises comitiales ont pu être provoquées par l’ergot de seigle dans les farines du moulin du coin de ces mois là .
    Vous savez tous n’est-ce pas que c’est toute l’histoire du LSD et de l’acide lysergique.
    L’ergot mélangé accidentellement avec le grain aux farines pouvait provoquer tout un tas de troubles suivant la dose, dont des convulsions.
    Chez des sujets déjà disposés la crise pouvait tourner à l’état de mal , c’est à dire à une succession de crises quasi sans répit qui seules peuvent être fatale en elle mêmes.

    Reply

    • Pas bête… sauf que dans le cas de Jeanne Eymar il est écrit qu’elle était épileptique depuis des années…

      Dans cette région le seigle était beaucoup cultivé, et l’ergot pouvait faire des ravages. Mais du coup, ils connaissaient les risques, et les symptômes.

      Ah, j’en ai trouvé un troisième, cette fois en 1737. Je vous le bloggue dès que j’ai fini le registre !

      Reply

Leave a Reply

Required fields are marked *.