(blog.mistike)

Reflexions et bidouillages généalogiques et hors sujet

Né à six heures quatre vingt sept minutes

Encore une petite curiosité dénichée dans un acte de naissance, daté du 1 frimaire an III (21 novembre 1794) :

Source #702 - Naissance de J.B. REVERT à Elbeuf (76) le 1 frimaire an III. 8 Mi 0396 / 4E 01673. (c) AD76

Jean Baptiste REVERT est donc né à six heures et quatre-vingt sept minutes. 8-O

En fait il s’agit de l’application pure et simple du calendrier républicain en vigueur à cette date, incluant le découpage de la journée en temps décimal. Voici l’extrait du décret du 4 frimaire an II :

XI. Le jour, de minuit à minuit, est divisé en dix parties ou heures, chaque partie en dix autres, ainsi de suite jusqu’à la plus petite portion commensurable de la durée. La centième partie de l’heure est appelée minute décimale; la centième partie de la minute est appelée seconde décimale.

Ce mode de calcul du temps ne sera que très peu utilisé (c’est d’ailleurs la première fois que j’en vois une utilisation, même dans les actes officiels). L’article en question n’entrera en vigueur que le 1er vendémiaire an III, et aboli quelques mois plus tard. Juste le temps pour Mme REVERT d’accoucher à Elbeuf, quoi :lol:

Nous avons donc une journée divisée en 10 heures, elles-même divisées en 100 minutes. La journée commençant à minuit, à midi il est en fait 5 heures. A minuit (du soir), il est 10 heures.

  • Une heure décimale correspond donc à 2,4 heures sexagésimales(1), soit 2h24.
  • Une minute décimale correspond à 1,44 minute sexagésimale, soit 1’26″ et des brouettes(2).

Notre petit Jean Baptiste(3) est donc né le 21 novembre 1794 à 16h29 et des brouettes(4)

Et maintenant, tous avec moi pour faire une belle révérence à l’officier d’état-civil d’Elbeuf, qui n’avait ni calculatrice, ni Excel pour faire le calcul inverse, et je doute fort que deux mois après la mise en application de ce machin, le grand-père teinturier de l’enfant ou la sage-femme aient eu le temps de s’y faire.


- Et il est né à quelle heure ce petit ?

- Euh, en vrai vers quatre heures et demie, mais à la louche, hein. Il faisait pas encore nuit, quoi.

- Quel système ?

- Hein ?

- Quel calendrier ?

- Celui d’il y a deux mois.

- OK, revenez demain, je calcule et on fait l’acte.

- D’accord, j’ai une boule de cristal si ça peut vous aider ?

- Non non, c’est gentil, mais j’ai un bon stock d’absinthe, ça va aller.

Quand je pense que ma voisine parle toujours en anciens francs…

__________
  1. oui je parle scientifique, même moi je ne me comprends pas ^^ []
  2. je vous laisse calculer les brouettes []
  3. qui aurait pu avoir la décence de naître deux mois plus tôt, ce qui m’aurait épargné un sacré mal de tête []
  4. oui, encore, la brouette est la plus petite division de la seconde sexigidimale []

6 Commentaires

  1. J’aime beaucoup ;-)
    Surtout les minutes sexyjaidumal… :roll:

  2. Très intéressant!
    Je n’avais jamais entendu parler de ce mode de calcul de temps. Je ne suis pas étonnée que cela n’ait été utilisé que très peu de temps. C’est pire que le passage à l’euro ça!…

    • A vrai dire moi non plus je n’en n’avais pas entendu parler, jusqu’à ce que je trouve cet acte. Ils avaient de grandes idées, quand même :)

      Il y a un article intéressant sur wikipedia sur le temps décimal et les raisons pour lesquelles ça n’a pas marché.

  3. Et c’est surement à la mémoire de cette fabuleuse période que nos réveils affichent encore aujourd’hui parfois 88h88 :mrgreen:

  4. J’avais déjà entendu parler de ce système, sans l’avoir jamais vu appliqué.
    On se demande vraiment où les gouvernants avaient la tête pendant la Révolution! (ormis sur la guillotine :p)
    C’est encore plus fou que ce fonctionnaire ait appliqué ce système.

Trackbacks

  1. Tweets that mention Né à six heures quatre vingt sept minutes | (blog.mistike) -- Topsy.com