Article
6 comments

Mortalité infantile et naissance d’un autre enfant

L’étude des registres paroissiaux permet bien souvent d’appréhender les divers aspects sociaux et économiques d’une société donnée. Lors de mes pérégrinations registresques, lorsque je prends le temps et la peine de lire (plus ou moins en diagonale) les actes sur plusieurs années, voir décennies, je remarque souvent le même “pattern” ((pardonnez l’anglicisme, le terme français ne me vient pas)) en ce qui concerne la mort des très jeunes enfants (disons jusqu’à deux ou trois ans).

En effet, il arrive souvent qu’un enfant meurt en bas âge, et que l’on trouve quelques semaines, quelques mois, voire quelques *jours* plus tard, la naissance d’un petit frère ou d’une petite soeur.

Au début, je n’y faisais pas attention, et puis au fur et à mesure, j’ai commencé à “repérer” un décès, et à m’attendre à trouver une naissance quelques pages plus loin. Voire, quand je cherchais une naissance, à chercher d’abord le décès du petit précédent… Le nombre de fois où j’ai tapé dans le mille me fait penser qu’il y a là une relation de cause à effet certaine.

Alors… pourquoi ? J’imagine qu’au 18ème siècle les enfants étaient allaités le plus tard possible. La survenue d’une grossesse implique l’arrêt de la lactation. Le sevrage un peu trop rapide serait-il à l’origine de la mort de l’enfant ?

Je n’ai pas encore creusé le sujet, mais je m’interroge… alors en attendant je pose la question au monde. Avez-vous remarqué ça ? Avez-vous une explication ? Ou est-ce que je suis complètement à côté de la plaque ?

Achiam : Maternité (Basalte)

Achiam : Maternité (Basalte)

(image trouvée sur Wikipedia, propriétaire Claude Villetaneuse, licence CC Paternité version 3.0 Unported)

6 Comments

  1. C’est une théorie intéressante. J’avoue que je ne me suis jamais réellement posé la question (étant très peu au fait des spécificités maternelles ^^) et n’ai pas remarqué le phénomène, mais je jetterai un œil plus attentif là-dessus.

    Est-ce que l’arrêt de la lactation maternelle est soudain, lors d’une grossesse ? Il me semblait qu’on peut toujours allaiter tout en étant enceinte.

    J’ai plusieurs fois fait des recherches sur des couples où survient une naissance quasiment tous les 12 mois sans décès de l’enfant précédent. Mais impossible de savoir si les enfants étaient allaités par la mère ou par une nourrice.
    Et probablement heureusement, ce “pattern” n’était pas généralisé, sinon on aurait eu des taux de mortalité infantile encore plus élevés.

    “Pattern” aurait à peu près le sens de “schéma” dans ton contexte ?

    Reply

    • J’avoue que n’ayant pas encore d’enfants je ne suis pas trop au courant non plus. Ceci dit, à la reflexion il me semble que c’est le contraire : une femme allaitante peu difficilement retomber enceinte (pas de retour de couches) bien que ça ne soit pas une règle absolue.
      Je vais me renseigner ^^

      Du coup il y a peut-être une autre explication !

      Je n’avais pas remarqué ce schéma (merci !) avant très récemment. Peut-être est-ce “spécifique” à la région, ou à l’époque, que j’étudiais alors, je ne me souviens pas trop, j’ai pas mal papilloné ces derniers temps et lu beaucoup de registres. Je vais essayer de regarder ça dans mon fichier, mais pour extraire des rapports spécifiques depuis hérédis, bonjour la galère.

      Reply

  2. J’ai cherché un peu aussi mais je n’ai pas tout compris. En gros l’allaitement est censé empêcher de tomber enceinte, mais visiblement il est possible d’allaiter lorsqu’on est enceinte, par contre le lait finit par être substitué par une autre substance qui n’est pas censé être mauvaise en soit (je veux dire, pas au point de tuer les petits) mais qui n’est plus du lait.

    Bref j’ai rien compris 🙂 Je pense qu’Internet est à bannir définitivement concernant les requêtes médicales !

    Sinon est-ce que chaque naissance est précédée d’un décès ? Auquel cas ce serait en effet assez particulier.
    Mais on peut aussi imaginer un cycle logique vu la fréquence des décès en bas âge.
    Un enfant nait ; quelques mois après un autre est en route ; l’enfant décède ; le suivant nait : sans qu’il y ait de cause à effet autre chose que la chronologie.
    Il n’y a jamais l’inverse ? Un enfant nait et le précédent décède quelques jours ou mois après ? (Non pas que je cherche à invalider ta théorie héhé)

    Reply

  3. Beaucoup de mortalité infantile à l’époque moderne. Je ne donnerais pas de chiffres (les études d’histoire ne sont pas loin, mais je risquerai qd même de me planter. Voici un lien sur l’INED : http://www.ined.fr/fr/tout_savoir_population/fiches_pedagogiques/duree_de_vie_deces_mortalite/mortalite_infantile_france/). Mais en dessous de 5 ans, les risques étaient grands. Plus que la fréquence entre naissance et mortalité infantile, c’est la période qu’il faut remarquer : les étés étaient propices aux fièvres, diarrhées, typhus.
    Et puis il y a les épidémies… j’ai une famille où 5 enfants meurent entre 1794 et 1796.

    Reply

  4. J’ai observé moi aussi ces coincidences répétées.
    La mère fatiguée par la grossesse et/ou centrée sur le bébé à naitre, faisant passer l’enfant précédent trop tôt au statut de “grand”, d’où plus de risques courus, moins de surveillance, davantage d’accidents.
    Par ailleurs une femme qui allaite protège son enfant en lui transmettant ses anticorps donc son immunité contre certaines maladies virales.

    Reply

  5. Sujet passionnant. L’allaitement n’est absolument pas une contraception fiable (on continue à faire de très beaux BB en allaitant !). Et d’une on peut tomber enceinte avant le retour de couches (ben oui logique les règles arrivent après l’ovulation ), et de deux l’allaitement retarde cette reprise de l’ovulation… mais pas toujours. Si je comprends bien ce que je lis dans les textes traitant du sujet, l’allaitement par la mère n’est pas si fréquent, même dans les couches assez populaires, la nourrice est fréquente. Ce qui ajoute une explication aux grossesses à répétition. Dans les milieux plus aisés, la nourrice est systématique, la femme doit reprendre sa place d’épouse, auprès de son mari, reprendre sa vie en société qui l’éloigne de son petit. La reprise des rapports sexuels est précoce et souvent l’enfant est retiré dès les premiers jours…
    Lire et relire le livre dérangeant d’Elisabeth Badinter “L’amour en plus”. Il est passionnant, il heurte mais recadre notre manière de “voir” la maternité au 17ème et 18ème siècles, vision confirmée par d’autres études.
    Tout un “travail” d’éducation à l’allaitement par la mère, va se mettre en place au 19ème siècle, pour sauver les BB…
    Merci pour cet article, et si vous avez envie de lire des “accouchements littéraires” rendez-vous sur Lulu Matern’elles, Zola, Maupassant, Rabelais et d’autres ont su mettre en mots cette période particulière de la vie d’une femme, j’essaie de les collecter.
    A bientôt !

    Reply

Leave a Reply

Required fields are marked *.